sept 8, 2016 / by Sophie Guin / In Réseaux sociaux / Leave a comment

Dans la peau du community manager

Mais que fait un community manager ? Quel est son rôle, pourquoi est-il toujours enthousiaste à prendre des photos dont on a du mal à voir l’intérêt et à taper frénétiquement sur son smartphone ? Pourquoi parle-t-il en hasthags et en engagement ? Nous répondons ici à ces quelques questions : bonne lecture

Le community manager veille et surveille

L’une des qualités principales du community manager est la réactivité. En effet, rien de plus dangereux pour une marque que d’avoir un commentaire négatif sur sa page Facebook par exemple, auquel la marque ne répond pas. Certaines marques en ont fait les frais : un client mécontent attire d’autres clients mécontents, et plus la marque attend pour répondre et plus le bad buzz prend en puissance. Le community manager se doit de surveiller en permanence tout cela afin d’apporter une réponse appropriée dans les plus brefs délais.

Les réseaux sociaux sont gratuits…

Il est vrai qu’une inscription sur Facebook, Twitter ou encore Linkedin est totalement gratuite. Il suffit de créer son compte et l’on peut poster des messages à sa communauté. Certes, mais comment crée-t-on sa communauté ? Nous vous invitons à lire l’article sur le « reach Facebook » p.28 : vous comprendrez qu’il n’y a aucune visibilité gratuite ! Oui, vous pouvez animer un compte sans jamais débourser un centime. Mais si vous voulez que ce soit efficace, vous devez investir.

Une organisation à toute épreuve

L’activité de community management est très vite chronophage si elle n’est pas bien gérée et anticipée. Afin de bien s’organiser, le community manager travaille sur un planning qui se veut suffisamment exhaustif. L’idée est de gagner du temps en préparant le maximum de choses en avance (le type de post, le message, sur quel réseau social, la date, l’heure…). Le planning permet de garder une cohérence en terme de communication et d’anticiper au maximum la communication de la marque. Celui-ci doit cependant être assez flexible pour intégrer des publications de dernière minute.

La « journée type » (ou presque) du community manager

7h30 – 8h

Plongeon matinal dans les réseaux sociaux

Objectif : voir ce qui s’est dit sur la marque (ou les comptes des clients), répondre aux éventuels messages ou commentaires d’internautes urgents et savoir ce qui se passe sur la toile (et quel buzz potentiel peut nous arriver des Etats-Unis)

9h – 10h

Veille e-réputation, veille marketing et informative

Objectif : vérifier la réputation de la marque en ligne, voir ce qui se passe dans le domaine de la communication digitale mais aussi en-dehors, piocher des idées pour de futures publications et trouver des contenus à partager.

10h – 12h

Echange avec l’expert SMO (Social Media optimisation)

Les réseaux sociaux sont, pour les principaux, déjà ouverts à la publicité. Et celle-ci est d’ailleurs fortement recommandée : une action de community management sur Facebook, même très bien menée, n’aura pas la portée escomptée sans un boost publicitaire. L’expert en SMO est donc le bras droit du community manager.

12h – 14h

Pause dej / Vérification des comptes clients

Toujours un oeil sur les différents comptes, le community manager surveille même pendant sa pause repas. Heureusement, des applications et autres outils existent pour les agences nous permettant de nous déconnecter un peu tout en étant alerté en cas de problème.

14h – 17h

Création de contenu

Création des publications (création des visuels, infographies…), mise à jour des plannings de publication, programmation des publications.

17h – 18h

Dernières vérifications des comptes, réponses aux messages clients, aux commentaires (positifs comme négatifs).

Analyse des statistiques afin de déterminer la portée des publications, ce qui fonctionne, mais aussi ce qui ne fonctionne pas.

///Cette « journée type » vous est proposée à titre indicatif. Car s’il y a bien une chose qui est sûre lorsque l’on se frotte à l’instantanéité des réseaux sociaux, c’est que les journées ne se ressemblent jamais !

Your comment